22ème conférence Internationale Économie et Sécurité, Chypre 27-30 juin

La Chaire économie de Défense sera présente à Chypre, à la 22ème Conférence annuelle Économie et Sécurité (Middle East Technical University, Güzelyurt (Morphou), Northern Cyprus). Depuis maintenant plus de 20 ans, cette conférence internationale offre l’opportunité aux économistes, politologues et autres chercheurs du monde entier de présenter leur travaux dans le domaine de l’économie de la défense, de la sécurité et de la paix.

Davantage d’information sur les International Conference on Economics and Security (ICES)

  • Julien Malizard et Josselin Droff, Chercheurs à la Chaire Économie de Défense proposent une communication intitulée “A Common Defense Policy for the European Union? A Burden Sharing Analysis“.

Cette contribution vise à expliciter si les pays de l’UE forment une alliance militaire et si la réponse apportée aux menaces est cohérente avec une répartition proportionnée des moyens entre les membres. Pour ce faire, les auteurs reprennent les travaux empiriques les plus récents de la théorie des alliances qui visent à comparer les bénéfices attendus aux coûts supportés. En plus de la dimension budgétaire, qui est généralement le point de vue adopté dans la littérature, les auteurs retiennent aussi les dimensions d’innovation (budget de R&D), capacitaires (budget d’équipement) et opérationnels (projection de forces). En associant toutes ces dimensions, les indicateurs sont alors représentatifs de l’ensemble du continuum de la « production de défense ». Ce travail empirique s’appuie sur une base de données de l’Agence Européenne de Défense (AED), sur la période 2005-2014. Les résultats montrent que l’UE tend à se comporter comme une alliance sur les dimensions personnel et troupes déployées mais pas sur les dépenses de R&D, d’équipements ni les budgets de défense dans leur globalité. Le comportement de l’UE est stable dans le temps sur la période étudiée.

  • Elisa Darriet, Chercheuse à la Chaire Économie de Défense et au LEMMA (Univ. Paris 2), présente un article intitulé “Citizen Perception of Defense & Willingness to Pay”.

L’objectif de cet article est d’analyser les représentations sociales de la Défense ainsi que la perception du budget militaire chez les étudiants français. A partir de la littérature, l’auteure fait l’hypothèse de l’existence d’une différence de représentation chez les étudiants selon leur genre et selon leur “degré d”engagement”. Ce degré d’engagement fait directement référence à la volonté, énoncée, par certains des participants de vouloir s’engager dans l’armée, de faire partie de la réserve militaire et/ou citoyenne. L’analyse des résultats permets de définir une représentation sociale de la défense centrée autour des mots “armée”, “protection” et “sécurité”. Par ailleurs, les résultats indiquent une différence dans la perception et la répartition selon différents postes budgétaires (innovation, équipements etc) selon les caractéristiques des participants (genre et engagement).

  • Julien Malizard et Friedericke Richter (Science Po Paris) présentent un article intitulé “Analysing & comparing – defense outputs – over time: A methodological Nightmare?“.

L’article vise à analyser et comparer la production de défense en s’intéressant tout particulièrement au budget de défense. Ce travail consiste à étudier les différentes sources envisageables et mettre en évidence certaines difficultés méthodologiques (définition, données manquantes, révisions des données, inflation de défense, conversion et parité de pouvoir d’achat) qui nécessitent une attention toute particulière lorsque l’on souhaite faire des comparaisons. Pour illustrer ces difficultés, des données de la France et du Royaume-Uni sont utilisées : des divergences majeures entre les sources sont observées, avec des conséquences significatives dans les conclusions que l’on peut fournir sur la taille du budget de défense.

 

ut elit. quis elit. commodo consectetur Aenean sem,