MCO 4.0 : nouvelles technologies et maintien en condition opérationnelle

A400M d’Airbus (source: Safran)

Josselin Droff, Chercheur à la Chaire Économie de Défense et Benoit Rademacher, Directeur du domaine Armement et Économie de Défense à l’IRSEM, publient une étude intitulée “MCO 4.0. Le potentiel des technologies de l’industrie 4.0 appliquées au Maintien en Condition Opérationnelle (MCO) des matériels de défense” (étude n°65 de l’IRSEM).

  • Le maintien en condition opérationnelle (MCO) des matériels de défense constitue un enjeu majeur pour le ministère des Armées, du fait notamment de son impact opérationnel et des coûts afférents.
  • De nombreuses initiatives et expérimentations ont été lancées, ou sont en cours de déploiement, dans l’objectif d’améliorer significativement, voire de transformer, la façon de réaliser les tâches de MCO, tant au niveau des acteurs étatiques que des acteurs industriels.
  • Elles misent en particulier sur le potentiel offert par les technologies à la base de la numérisation des chaînes de valeur, qui recouvrent un spectre très large allant de l’exploitation massive de données issues des matériels de défense en service (big data) à l’utilisation de robots ou de drones pour des tâches d’inspection ou de maintenance, en passant par la fabrication additive (impression 3D) ou la réalité augmentée (RA) ou virtuelle (RV).
  • L’objet de cette étude est de caractériser l’impact de ces technologies et des concepts sous-jacents sur l’organisation et la réalisation du MCO des matériels de défense, pour tous les milieux (matériels aéronautiques, navals et terrestres). À cette fin, les auteurs ont réalisé une étude bibliographique sur les évolutions des pratiques et sur les évolutions des technologies concernées et ont conduit plus d’une vingtaine d’entretiens auprès d’acteurs étatiques et industriels en charge des questions de MCO.
  • Les résultats du travail de terrain montrent que dans l’ensemble, les grappes de technologies identifiées par les auteurs présentent un potentiel en termes d’amélioration du MCO des matériels (amélioration de la productivité et de la qualité de service du MCO, réduction des coûts, augmentation de la disponibilité). Cependant ce potentiel n’est pas perçu de la même manière selon les milieux, les acteurs interrogés et les technologies identifiées.

Cette étude s’inscrit pleinement dans le cadre des activités de la Chaire Économie de Défense. Pour consulter le bilan scientifique de la chaire et retrouver d’autres travaux de la Chaire sur le MCO et l’économie de défense, cliquer ici.

venenatis elementum facilisis Lorem lectus commodo adipiscing elit. mattis Praesent