Publication : participation de Josselin Droff à l’étude N°64 de l’IRSEM

Josselin DROFF, chercheur à la Chaire Économie de Défense a participé à l’étude N°64 de l’IRSEM réalisée par Antoine PIETRI (Docteur en sciences économiques et chercheur à l’IRSEM) et Benoît RADEMACHER (ICA et Directeur du domaine armement et économie de défense, à l’IRSEM).

L’étude s’intitule “Impact des nouveaux modèles économiques industriels sur les équipements des armées“. Les auteurs s’interrogent sur l’impact de l’évolution des environnements technologique et stratégique sur les cycles de vie des équipements des armées.

Deux grandes tendances sont identifiées : une amélioration exponentielle des technologies accompagnée d’une forte dualité des équipements (1) et une croissance des coûts des équipements militaires (EM) le long de leur cycle de vie (conception, production et maintien en condition opérationnelle notamment) (2). Ces évolutions se traduisent par des adaptations des modèles économiques industriels pouvant inciter à une réduction de la durée d’utilisation de certains EM. Plus particulièrement, les industriels cherchent à lisser leurs plans de charge et à vendre des services (par exemple le maintien en condition opérationnelle – MCO).

L’étude se concentre sur une solution qui consiste à proposer à l’export des matériels militaires d’occasion et limiter la durée de vie des matériels « consommables ».

Plusieurs avantages à cette solution ont été identifiés et développés par les auteurs dans l’étude :

  1. Moderniser le parc d’EM utilisés par les forces armées.
  2. Réduire la tendance à la sur-spécification de certains EM.
  3. Dynamiser la base industrielle et technologique de défense française (BITD).
  4. Favoriser le maintien de compétences stratégiques.

Cependant, des risques de plusieurs ordres sont soulignés et examinés :

  1. Risque pour l’interopérabilité (au niveau interarmées et international).
  2. Des besoins croissants en formations/entraînements du personnel.
  3. Risque de création de BITD concurrentes.
  4. Risque de prolifération des armements.

Dans la continuité de cette étude, trois recommandations ont été formulées pour approfondir et mieux cerner les enjeux associés à une éventuelle stratégie de revente des EM :

  1. Réaliser des analyses économiques pour évaluer l’âge optimal de remplacement de certains EM en fonction des coûts et avantages liés
    à leur remplacement/à leur entretien.
  2. Réaliser une étude comparative des politiques d’exportation d’armes de seconde main des Pays-Bas, de l’Allemagne et de la Suède.
  3. Mener une étude de marché complète du marché des EM de seconde main.
nec leo elit. ultricies ut tristique et,